Thèse “Habiter autrement: des squats féministes en France et en Allemagne”

Soutenance “blanche” de la thèse d’Edith GAILLARD, doctorante en sociologie (U. Tours) Pour en savoir plus

Le 30 janvier 2013
De 9 heures à 12 heures

Sujet : Habiter autrement : des squats féministes en France et en Allemagne. Une remise en question de l’ordre social, sous la direction de Sylvette Denèfle.

Résumé :
Loin d’être homogène, l’habitat est à la fois le reflet de l’assignation des femmes à un rôle de sexe et,
dans le même temps, un instrument politique du changement social, de la transgression des normes
sociales fixées sur le genre. De quelles manières des actions collectives féministes qui se réclament
de l’émancipation peuvent-elles, par le biais de pratiques habitantes, affirmer un autre possible,
construire d’autres modes d’être et d’agir en vue d’une vie plus libre ?
La mise en oeuvre de notre questionnement a conduit à choisir comme objet d’étude le « squat »
associé à une critique féministe de l’ordre social. Du squat féministe, un regard se pose sur l’ordre
social, un discours est porté sur les raisons de cet engagement dans les marges de la société. Des
attitudes, des manières de faire et d’agir s’y construisent afin d’élaborer des réponses à la question
des rapports sociaux, des rapports de genre. Nous avons comparé deux modèles de squat féministe :
les squats politiques français soumis à une grande instabilité du fait de leur statut « sans droit ni
titre » et les squats « légalisés » allemands qui, au regard du contexte historique et politique,
s’inscrivent dans un temps plus long.
La thèse permet d’élaborer une sociologie du genre renouvelée à partir d’une remise en question de
l’ordre social par un engagement féministe autour de pratiques habitantes et de rendre compte de la
façon dont des actrices sociales répondent aux problèmes féministes en fabriquant un « autre »
modèle.
Mots clés : engagement, féminisme, squat, habitat, spatialité, genre, sexualité, émancipation,
résistance, identités, système normatif, méthode ethnographique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.